Présentations Bio du 5 février 2014

lundi 3 mars 2014
par  DEMANTE Didier , RIZO Camille , RIZO Jean-Luc
popularité : 27%

Echinodermes
Poissons Osseux et Cartilagineux
les Gros mots de la Bio
Approche des principaux taxons
Jour/Nuit à retenir

Réponses aux questions...

La murène a-t-elle des écailles ?

Bien qu’appartenant au taxon des poissons osseux dont la caractéristique est d’avoir des écailles, le corps de la murène n’en est pas recouvert !

La chimère appartient-elle au taxon des cartilagineux ?

Oui, c’est un poisson cartilagineux vivant dans les abysses.

Comment la raie torpille fait-elle de l’électricité ?

Réponse par le site Doris

« Les décharges électriques provoquées par cette espèce durent une fraction de seconde. Leur intensité est corrélée à la taille de l’individu et elles sont délivrées grâce à des organes spécifiques, en forme de haricots, situés dans les zones épaissies, de part et d’autre de la tête. Ces décharges peuvent atteindre 45 V ou plus chez cette espèce (même si d’autres espèces du genre peuvent approcher les 230 V !). La décharge électrique est un acte volontaire de l’animal. Il peut générer plusieurs décharges successives mais l’intensité des impulsions diminue fortement lorsque celles-ci se succèdent. Il faudra ensuite, à l’instar d’une batterie électrique, un certain temps à l’individu pour recharger ses organes électriques. Pour produire son électricité, la raie dispose donc d’organes électriques spécialisés. Ce sont des structures constituées notamment de cellules nommées électrocytes (ou électroplaques) et sont formées de colonnes de disques empilés depuis la peau du dos jusqu’à celle du ventre et isolés les uns des autres par une substance gélatineuse. Le cerveau alimente ces disques par 5 nerfs électriques. Les disques sont connectés en série et chacun d’eux porte sur ses faces des charges de signes opposés. En effet, la surface ventrale de ces disques est chargée négativement, la face dorsale l’est positivement. La connexion en série des disques permet de générer une différence de potentiel électrique remarquable pour une intensité de 5 à 10 ampères et une fréquence pouvant aller jusqu’à 600 hertz. Il s’agit d’un potentiel électrochimique de membrane du même type que toute cellule animale peut produire mais il est, chez la raie torpille, amplifié par la grande concentration en canaux ioniques ».


Documents joints

Echinoderme à retenir
Poissons à retenir
Les gros mots des bios
Jour-Nuit à retenir

Agenda

<<

2018

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031